Maraude

maraude

Chaque soir, de novembre à fin mars, un travailleur social du Collectif Pauvreté Précarité, accompagné de deux bénévoles, sillonne Clermont-Ferrand et sa petite couronne de 19h00 à 22h30, avec des prolongations régulières selon les situations rencontrées ou en cas de plan froid.

Les bénévoles et le travailleur social apportent des boissons chaudes -café, thé, chocolat, soupes- ainsi que quelques vêtements chauds et des couvertures, parfois des duvets. La maraude dispose chaque soir, d’un volant de 4 places d’hébergement d’urgence maraude pour répondre aux besoins de mise à l’abri en lien avec l’hébergement d’urgence des Chandiots et le 115.

 

Elle se rend généralement aux points d’arrêts du Bus des Restos du Cœur ainsi qu’à certains points de rencontres : Place de Jaude, Gaillard, Fontgiève, Montferrand,… ou tout autre lieu sur indications du 115.

Au-delà d’une boisson chaude, d’une couverture, de produits de premières nécessités, l’équipe apporte une écoute et tente d’orienter, si besoin , les personnes rencontrées vers des structures de jour à même de répondre à leurs besoins : l’accueil de jour, Solidarité Santé 63, services sociaux, etc.

Maraude 3

La mission de la maraude est de (re)créer un lien social avec des personnes en errance, souffrant d’isolement, souvent sans solution d’hébergement.

C’est chaque soir, sans exception, que la maraude sillonne les rues de Clermont-Ferrand pour aller à la rencontre des personnes « sans domicile ». Composé d’un travailleur social et de deux bénévoles-citoyens, l’équipe met en acte le concept d’Aller vers pour créer le lien, amoindrir l’isolement ou exercer une veille active sur l’état général d’une personne. Ce travail de contact, sur la ligne de front, nécessite tact et discernement et ce en vertu d’un respect absolu du choix de la personne. Le rôle de la maraude est de proposer et non d’imposer (qu’il s’agisse d’une soupe, d’une couverture ou d’un hébergement). En ce sens, les maraudeurs se doivent d’être au clair sur le fait qu’ils ne sont surtout pas des sauveurs aveuglés par leurs bons sentiments mais bien des artisans de la solidarité, conscients de leurs moyens, lucides sur leurs limites.
La maraude, c’est donc une mission qui impose l’humilité de « l’aidant » et où l’on apporte considération à la personne «aidée », sans la réduire à son état de vulnérabilité.
Loin du politiquement correct et des idées préconçues nous continuerons à mener cette action jusqu’à la fin de la période hivernale.

Sébastien, responsable maraude 2015-2016

Les commentaires sont fermés